Master KED, de son vrai nom Abdul Keitchion, est un chanteur, auteur et compositeur béninois. Considéré comme l’artiste du peuple, il est né le 14 août 1989 à Abomey. Abomey, c’est son fief, son QG. Ses sonorités y sont très écoutées. Mais il n’y a pas qu’à Abomey que l’artiste jouit d’une notoriété. Retour sur son parcours.

Formation de trois collectifs consécutifs

Master KED est issu d’une famille polygame. Son père est originaire d’Abomey. Quant à sa mère, elle est de Dassa. Ce brassage culturel servira par la suite à Abdul KEITCHION lorsqu’il deviendra Master KED. Après ses études primaires, le jeune homme entame son cursus scolaire au secondaire. Plus tard, il se marie. Mais dans la même période, son amour pour la culture croît. Il se lance dans la danse et réalise ses premières interprétations musicales en 5e.

À ses débuts, Abdul KEITCHION fonde le groupe AKNY KROU. Le collectif connait un franc-succès. Cependant, l’aventure dure peu de temps. Pour une raison ou une autre, le groupe se casse et Master KED, comme les autres membres, se retrouve seul. Il continue sa carrière pendant un temps puis crée un nouveau groupe. Celui-ci a pour nom Black Book.

Black Book est un collectif de jeunes provenant de divers horizons. Il incarne le métissage et le brassage culturel, fer de lance de la musique béninoise. Toutefois, ici aussi, l’aventure ne s’étend pas sur le long terme. Le groupe se disloque et Master Ked se retrouve à nouveau seul. Il décide alors de fonder un troisième collectif : Black Session.

Très rapidement, Black Session trouve sa voie. Il propose des remix de célèbres morceaux, et se positionne ainsi sous la lumière des projecteurs. Par exemple, le groupe a conçu un remix de ‘’Romantique’’, le célèbre tube de Korede Bello et Tiwa Savage. Ce remix permet au collectif de goûter à un succès, quoique momentané. Le remix cartonne, mais sans suite. 

De la fin d’une carrière en groupe au trophée Bénin Top 10

Finalement, Black Session, comme les deux précédents groupes, signe sa fin. Il se disloque et chaque membre prend son propre chemin. De son côté, Master KED lance sa carrière musicale solo. Après 10 ans de carrière très peu prolifique, il décide de tracer sa propre direction. Pour cela, il retire sa casquette d’ingénieur son et réalisateur pour prendre le manteau de chanteur. Dans la même période, le label Zik Promo devient son producteur.

Aux côtés de Zik Promo, Master KED prend un nouveau départ. Il sort son premier single officiel ‘’Dokpo Dokpo’’. Malheureusement, le succès ne lui ouvre pas les bras. Bien que découragé, il continue de travailler avec l’équipe de Zik Promo. Par la suite, il sort ‘’Auto Auto’’. Là, tout lui sourit ! Le morceau est très plébiscité. Tout le monde le connait et l’écoute. Master KED décroche un trophée avec ce tube : le trophée du Bénin Top 10.

Impasse et retrouvailles avec le succès

Fort du succès qu’il a connu avec ‘’Auto Auto’’, Master KED se sent galvanisé. Il reste fidèle à Zik Promo et continue sa carrière avec de nouvelles sorties : ‘’Hotahan’’ et ‘’Espoir’’. Cependant, comme s’il avait perdu la recette du succès, aucune de ces mélodies ne devient vraiment populaire. En tout cas, pas autant que ‘’Auto Auto’’. Finalement, Master KED quitte Zik Promo. Il observe ensuite une pause musicale.

Après cette pause de quelques mois, l’auteur de ‘’Auto Auto’’ annonce la création de sa propre maison de production. Celle-ci a pour nom Aziza Daho Music. Sous ce label, en autoproduction, il propose ‘’Vovowè’’. Le morceau reste dans le même sillage que le précédent hit de l’artiste, ce qui lui permet de bénéficier de la reconnaissance de son public.

Quelques jours après la sortie de la version audio de ‘’Vovowè’’, Master KED en propose le clip vidéo. Il continue dans la même lancée en sortant un morceau né d’une collaboration. Théoriquement, c’est sa première collaboration depuis la fin de Black Session. Il se fait accompagner par Fanny Senan sur ‘’Djohodo’’. Au final, Master KED devient l’un des artistes béninois, dont le style est très apprécié.

Action citoyenne face au Covid-19

En 2020, le Bénin, comme tous les autres pays, se retrouve face à la pandémie du Covid-19. Master KED, plus qu’un artiste du peuple, décide d’endosser son costume de sensibilisateur. Il a réalisé un clip vidéo sur la thématique. Avec cette sortie, il joue à la fois le rôle d’artiste, mais aussi celui de citoyen. Par la suite, il sort ‘’Alitché’’, son dernier titre en date lors de la rédaction de cette biographie.

1 COMMENT

  1. […] « La différence entre moi et moi, c’est moi, et la ressemblance avec moi, c’est moi, a-t-il déclaré. Je ne suis ni Davido du Bénin, ni Olamide du Bénin, ni Wizkid du Bénin, ni Tekno du Bénin. Je suis Reno King du Bénin. » Puis l’’auteur de ‘’Dougbè’’ continue en donnant sa part de vérité sur la question de l’identité culturelle. « Un artiste qu’on identifie à travers un autre doit avoir le sentiment d’être juste une photocopie musicale pas innovatrice. [Il doit avoir le sentiment de n’avoir] aucune identité musicale. » […]

Laisser un commentaire