Le syndicat créé et porté par le rappeur ivoirien Suspect 95 est au sommet de sa gloire. Au matin du 23 décembre, il s’est invité dans le programme de la radio RFI.

En Afrique, un syndicat virtuel prend de plus en plus d’ampleur et compte dans ses rangs des milliers d’adhérents. Pas de carte d’adhésion, pas de lettre à adresser à une quelconque autorité. Et pourtant, le syndicat est l’un des plus organisés qui soient. Pour preuve, sa décision relative aux frais de transport des jeunes filles est finalement devenue la norme : 2000 FCFA, pas plus.

S’il est né en Côte d’Ivoire, le Syndicat s’est rapidement étendu à plusieurs autres régions en Afrique. Pourquoi un tel succès ? C’est surtout en raison des fêtes de fin d’année et des mois dédiés à l’amour. Au cours de ces périodes, il faut offrir des ‘’cadeaux à sa copine’’, a expliqué le correspondant de RFI en Côte d’Ivoire. Or, ces cadeaux coûtent chers, ce qui constitue une source de dépenses pour les jeunes africains. ‘’En réduisant les frais de transport à 2000 FCFA, les membres du Syndicat peuvent se concentrer sur d’autres choses’’.

Malheureusement, même si les décisions du Syndicat sont à prendre au second degré, beaucoup de personnes s’insurgent contre elles. Elles estiment que l’on réduit la femme à 2000 FCFA. ‘’Ce n’est pas le cas’’, a souligné le correspondant de la radio française. Après tout, ‘’2000 FCFA pour le transport’’, c’est de l’humour. Et on en a bien besoin en ces temps troublants !

1 COMMENT

Laisser un commentaire