Menu Fermer

Togbê Yéton nargue sévèrement ses détracteurs

Le chanteur masqué annonçait depuis un moment la sortie de son clip « Yé dou whiyan ». Il est enfin disponible et va surement faire parler plus d’un.

Togbê a changé !

Dans ce clip, on peut voir l’artiste très bien habillé et fréquentant des lieux chics, contrairement à ses clips précédents. Plus de ghetto ni de cochon qui circule dans tous les sens. Tôgbè Yéton s’affiche fièrement avec ses « conquêtes », tout en narguant ses détracteurs. Aucun d’eux ne s’attendait à le voir mener ce style de vie, nous raconte-t-il. A l’en croire (on en est tous témoins), ils lui souhaitaient le pire. Mais au final, yé dou whiyan (ils ont pris la honte).

Le ‘’ghetto vi’’ se confie à ses fans

A travers les paroles de sa chanson, Tôgbè se montre nostalgique. Il arpente les vestiges de son passé et expose les moments durs qu’il a traversé. Puis il présente son évolution à travers une comparaison de ce qu’il possédait avant (presque rien) et ce qu’il possède aujourd’hui (son appartement, écran plasma, ses chaussures, son ventilateur, sa chambre à louer, sa parcelle d’ananas à Allada, etc.).

Bien sûr, cela amuse : posséder un ventilateur, où est le luxe ? Cependant, même si on trouve cela drôle, il n’en demeure pas moins que ce message reste fort. Tôgbè Yéton veut montrer qu’on peut passer des ténèbres à la lumière, réaliser ses rêves quand on s’en donne les moyens et qu’on persévère. Pas de place au découragement !

Contrairement à ses précédentes sorties, ici, il nous prend par les sentiments. Il tire sur une corde sensible avec en fond sonore une douce musique virevoltant qui donne la chair de poule (ou de coq). Et il partage son expérience, loin des textes crus qu’on lui connait.

Tôgbè Yéton constitue ici un exemple typique de la possibilité de l’artiste à aborder plusieurs thématiques dans ses chansons, et surtout à sortir de sa zone de confort.

Rédaction: Leroy 

Voir plus

Laisser un commentaire