Menu Fermer

Sept (07) questions posées à Cherikano, le protégé de GG Lapino

L’information est devenue officielle sur la toile grâce à une vidéo de quelques secondes publiée et relayée sur les comptes de GG Lapino et de ses fans. Fort d’une expérience de plusieurs années, il décide de réorienter sa carrière. Non, il y ajoute plutôt une nouvelle touche : il devient producteur. Et pour le démarrage de cette nouvelle aventure, il signe Cherikano. La rédaction de Heroes Mag a posé 7 questions à ce dernier.

Heroes Mag : La base… Cherikano, présente-toi s’il te plaît

Cherikano : Je suis né le 04 novembre 1995, je vous laisse deviner mon âge actuel. À l’état civil, mon nom c’est Urbain Satingo SOKENOU. Ah oui j’oubliais, je suis originaire de Porto-Novo. Cependant, je suis né à Cotonou et j’y ai grandi.

Heroes Mag : Tu commences la musique en classe de CM2…

Cherikano : J’ignore comment vous avez eu cette information (rire), mais elle est fondée. J’ai posé mes tous premiers pas dans la musique lorsque j’étais au CM2 dans une école de la place ; que de bons souvenirs ! Si vous voulez savoir, je ne sais vraiment pas ce qui m’a poussé à me lancer dans ce domaine. Je crois avoir des aptitudes pour ça. Oui, j’ai des aptitudes pour la musique, même si elles ne sont peut-être pas encore visibles comme je le souhaite.

Heroes Mag : …et tu commences avec des interprétations des titres de GG Lapino

Cherikano : Vous êtes bien informé dis-donc ! C’est encore exact. À mes débuts, je faisais des interprétations des morceaux de GG Lapino, ce même monsieur devenu mon producteur aujourd’hui. Vous imaginez bien la joie que ressens. Cela dit, ayant acquis une certaine base dans le milieu, j’ai appris à diversifier mon champ de compétence. Je fais du rap et du chant.

Heroes Mag : Quelques singles à ton actif, mais peu de renommée, c’est vrai ?

Cherikano : Oui ! Malheureusement, les choses ne se sont pas toujours bien passées. En passant, pour ceux qui ne le sauraient pas, quand j’ai commencé et que j’étais une boule d’énergie sur les podiums des établissements, tout le monde m’appelait Urbain Star.

Heroes Mag : Et de Urbain Star, tu deviens Cherikano…

Cherikano : Oui mais ça, c’était à compter de l’année 2013, quand j’ai sorti « Midomizo ». Un an avant, soit en 2012, j’ai sorti « Le Boss », un single dont j’avais fait réaliser le clip, mais qui n’avait pas tourné comme je l’espérais. Certes les chaînes le relayaient, cependant ce n’était pas à la hauteur de ce que j’espérais. Néanmoins, je ne me suis pas découragé. Après « Midomizo », je sors « Djilo » et enchaîne avec le clip vidéo. Là oui, le succès tape à la porte ! Je passe sur plusieurs scènes et augmente mon nombre de collaborations.

Heroes Mag : Il augmente en nombre et en qualité aussi !

Cherikano : Exactement ! En fait, jusqu’à aujourd’hui, je peux dire que j’ai collaboré avec plusieurs artistes. Citons-en quelques-uns : Oneshot Yoruba Flow, OkSaf, Cool Black, Kardinal Ricky, Wp Babadjèdjè, et Fanicko. Bien sûr, la liste continue.

Heroes Mag : Avec ta signature à 2GL Production, à quoi devrions-nous nous attendre ?

Cherikano : En toute sincérité, s’il y a un but que je souhaite atteindre c’est d’augmenter ma visibilité. Atteindre de nouvelles audiences. Toucher de nouveaux cœurs. Et pour cela, j’envisage de mettre du mien dans mes sons ; parler d’espoir et de leçons de vie. Avec GG Lapino, nous avons déjà défini des stratégies que nous travaillerons au fil du temps. C’est du lourd ce qui arrive !

Comme pour donner un coup de boost à son nouveau départ, Cherikano ne tarde pas. Il annonce la sortie de son prochain single ‘’Ifè’’. Une cover circule à propos avec la mention « 2GL Production » au-dessus. La machine est lancée !

Rédaction: Sangoku

Voir plus

2 Comments

  1. Ping :Cherikano n’avait (visiblement) pas menti - Heroes Mag

Laisser un commentaire