Qui est TGang ?

L’univers musical de TGang s’étend aux confins des frontières entre les styles musicaux.

Ne serait-ce pas par parce qu’il affectionne le fruit de la passion que TGang s’est laissé emporter par la passion pour la musique ? Si sa vie artistique a commencé en 2013, sa vie scolaire a, elle, démarré bien plus tôt et a été marquée par de belles réussites.

De Bohicon à Godomey

C’est à Bohicon que KPONSENON Gbeklo Florent voit le jour. Sa famille est modeste, mais elle a un grand cœur qui contamine Florent dès sa naissance. Elle lui apprend aussi les techniques pour réussir, notamment grâce au travail.

Ainsi, sa mère commerçante constitue un modèle pour lui en raison de sa détermination à lui offrir ce qu’il y a de meilleur. Et d’un autre côté, son père, transporteur, reste son consolateur lorsqu’il a des bobos d’enfant.

Mais son enfance, Florent ne la passe pas à Bohicon. Il a plutôt vécu et grandi à Godomey Ayimévo. C’est d’ailleurs dans ce quartier de Abomey-Calavi qu’il fait tout son cursus scolaire, au Collège d’enseignement général de Godomey.

Studieux et rigoureux, il enchaine les bons résultats, même si au fond, tout n’est pas rose dans sa vie familiale. Déterminé à briller, le jeune Florent prend à cœur ses études et se donne pour vocation de ne jamais reprendre une classe. Avec un cursus remarquable, il passe son baccalauréat série D et le décroche avec succès au premier coup. Qu’il a grandi !

T-Gang se remet en question

Maintenant qu’il a son baccalauréat, Florent décide de relâcher un peu la pression en se tournant vers la musique. C’est qu’entre-temps, il a fait une belle rencontre. Grâce à un heureux hasard, il est entré en contact avec Hector Rot-C devenu son meilleur ami et… son producteur de son. Cette belle amitié a commencé lentement et s’est solidifiée avec le temps.

Sous la houlette de Rot-C, Florent se lance plein gaz dans la musique et a des rêves de grandeurs. Des rêves qui se concrétiseront plus tard, beaucoup plus tard, lorsqu’il accepta définitivement de revêtir la tunique de TGang. En 2015, il sort son premier single, ‘’Ayi Totoevi Houn Bo Kènou’’, et enchaine quelques mois plus tard avec ‘’Ado Min Dé Houn Kplawa’’.

TGang commence peu à peu à se faire un petit nom, mais ce n’est pas encore suffisant pour ce jeune rappeur qui rêve d’aller plus haut que le ciel. Alors, il participe à la première édition du We Are Hip-Hop (WAHH) organisé par Nasty Nesta et Dovn’D. Avec sa prestance et son imposant style, il réussit à séduire le jury et le public au point de finir en tant que finaliste.

Plus déterminé que par le passé, il attend l’année 2016 pour se rafraichir et rafraichir son audience. Alors, il propose ‘’Nan Gblé Gbènou Wé’’. Même si le morceau connait un fébrile succès auprès de ses amis et des amis de ses amis, lui, veut aller encore plus loin.

T-Gang souhaite varier son univers, sans pour autant perdre son identité. Un autre heureux hasard lui permet de trouver la bonne astuce.

La petite pause qui lui fait du bien

T-Gang réfléchissait pour déterminer la méthode idéale pour drainer du monde vers sa musique. Il ne la trouve finalement qu’après la sortie d’un single d’anniversaire. Le morceau ne se repose pas sur du rap, mais plutôt sur de la chanson. Et étrangement, il est très apprécié. Son auteur comprend alors une chose : il faut combiner le rap au chant pour attirer.

Avant de mettre en application sa nouvelle astuce, il décide d’essayer à nouveau le terrain avec un single à la lisière du rap : ‘’Connaisseur connaît’’. Malheureusement, le projet n’a pas la visibilité escomptée. TGang décide alors de prendre des mois de vacances pour muscler son style.

Faiseur de hits, mais pas que ça

Nous sommes en 2018. TGang met fin à son hibernation et propose ‘’Sata’’ puis ‘’Tchaki’’. Apothéose ! Ces morceaux deviennent de véritables coups de cœur pour beaucoup de Béninois. Sans plus (trop) attendre, il sort le clip vidéo de ‘’Tchaki’’, le premier clip vidéo de sa carrière. Avec la touche de Ryan Production et Dhelili Films Company, la recette est parfaite, le clip est une belle réussite qui passe en boucle sur les chaînes de télévision.

Désormais mis en lumière, TGang a l’élixir des hits. Il s’en sert et propose une série de morceaux à succès :

  • ’Bénédiction’’;
  • ’On est ensemble’’;
  • ’Non sior’’;
  • ’Inside Life’’: l’une de ses plus grosses réussites ;
  • ’Tiéka’’ (ft Crédo) : une collaboration qui a l’effet d’une douce bombe musicale.

S’il reste un artiste accompli, TGang ne se ferme cependant pas sur lui-même. Au contraire, polymorphe, il se renouvelle sans cesse et va à la découverte du monde et de sa diversité.

Généralement, ses morceaux parlent du vécu et de la vie. Toutefois, il se nourrit également de l’actualité pour donner corps à sa musique et enrichir ses horizons. La preuve ? ‘’Je ne suis pas candidat à la violence’’ constitue une sonorité composée à l’occasion des élections présidentielles tenues au Bénin en 2021.

L’univers musical de TGang s’étend aux confins des frontières entre les styles musicaux. S’appuyant également sur la recherche musicale de l’excellence et le perfectionnisme dans lequel trempe le caractère de Florent, il y a de quoi espérer de belles réussites pour la suite.

1 COMMENT

Laisser un commentaire